Coryza

Le coryza est un syndrome bénin chez l'homme qui se traduit par un écoulement nasal et des éternuements répétés et quelquefois une conjonctivite.



Catégories :

Maladie en oto-rhino-laryngologie - Santé du chat - Chat - Felis - Felinae - Félidé

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le troisième microbe souvent rencontré dans le coryza du chat est une bactérie appelée... Rupture du ligament croisé antérieur du genou chez le chien... (source : e-sante)
  • Le Coryza est une maladie qui peut se soigner d'elle-même ou entraîner la mort de l'animal. Inutile d'attendre pour consulter un vétérinaire qui le remettra... (source : maison-facile)
Chaton atteint du coryza bactérien depuis trois jours

Le coryza est un syndrome bénin chez l'homme qui se traduit par un écoulement nasal et des éternuements répétés et quelquefois une conjonctivite. On l'appelle aussi «rhume de cerveau».

Cependant, la maladie est grave, ou alors mortelle et extrêmement contagieuse chez le chat.

Le coryza du chat

Le coryza est une maladie commune chez les chats. Elle est particulièrement complexe, car elle n'est pas due à un seul agent infectieux, mais à l'association de plusieurs virus et bactéries.

Trois virus sont impliqués dans le coryza du chat et ceux-ci provoquent chacun des symptômes différents :

C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si on ne met pas en place un traitement rapide.

À ces atteintes virales, il faut ajouter les bactéries qui fréquemment se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis : pus dans les yeux et le nez. Cependant, une bactérie entre dans la description du coryza. C'est une chlamydia. Elle est particulièrement contagieuse et la maladie est d'autant plus grave lorsque les chats sont jeunes. Les sécrétions qui s'écoulent des yeux peuvent accoler les deux paupières en séchant.

Les principaux symptômes

Cette maladie touche en priorité les animaux vivant en communauté (chatterie, refuge, «famille nombreuse», chats semi-sauvages), les chatons et les adultes non vaccinés.

Après une incubation courte (2 à 5 jours), les signes respiratoires (toux, éternuements), les écoulements des yeux et du nez, la perte d'appétit et quelquefois les taches rouges dans la bouche apparaissent, de manière plus ou moindre selon les animaux.

Si plusieurs chats présentent les mêmes symptômes au même moment, il est fort probable qu'il s'agit du Coryza qui est une maladie particulièrement contagieuse. La contagion s'effectue (comme pour la grippe chez l'homme), sans contact direct, par les éternuements ou lorsque les chats se soufflent dessus. La transmission peut aussi se faire par la personne qui s'occupe de plusieurs chats, dont un malade. D'où l'importance, si on possède plusieurs chats, d'enfiler une blouse pour s'occuper du malade, de bien se désinfecter les mains après, et d'isoler le chat malade des autres pendant toute la durée du traitement Cependant, pas de panique, cette maladie n'est pas communicable à l'homme.

La maladie non traitée peut évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants. Mais attention elle peut parfois se compliquer d'une nécrose des os du nez, avec infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si ce dernier est déjà affaibli et refuse de s'alimenter.

Le traitement et la prévention

Une aérosolothérapie peut donner de bons résultats, si le chat se montre coopératif, car il s'agit de lui faire des sortes d'inhalations plusieurs fois par jour pendant 15 minutes. Mais il faut prévoir de toute façon un collyre antibiotique pour les yeux plusieurs fois par jour et un antibiotique par voie orale, jusqu'à disparition du moindre symptome.

La perte d'appétit ne doit pas non plus être négligée, car l'animal déjà affaibli perd ses forces pour lutter contre la maladie. Si l'animal n'a pas mangé depuis depuis jours, maximum trois, il faut procéder à une alimentation de force, type «gavage», à la maison, avec un aliment spécifique dit «de convalescence», particulièrement concentré en nutriments.

Pour les cas graves, une hospitalisation est quelquefois indispensable, pour réhydrater le chat et de lui administrer une alimentation liquide par sonde.

La vaccination contre le coryza félin existe, et s'avère indispensable. Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les Calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et on y associe de plus en plus fréquemment un vaccin contre les Chlamydias. La vaccination se fait chez le vétérinaire. Attention cependant, un animal vacciné peut toujours contracter la maladie, mais elle sera atténuée.

Un animal guéri devient porteur du virus pour toute sa vie. Il n'en souffrira plus l'essentiel du temps, mais peut refaire des poussées lors de certaines périodes de sa vie : stress, mise bas des petits, etc. On peut alors l'aider en lui administrant un complément alimentaire spécifique, la lysine, qui soutiendra son état général.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Coryza.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu