M. Chat

M. CHAT est une création graphique de l'artiste franco-suisse Thoma Vuille. Il consiste en un chat jaune orangé réalisé à la peinture acrylique.



Catégories :

Œuvre d'art contemporain - Graffiti - Street art - Chat de fiction - Félin de fiction - Félidé

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  •  : Le Centre André Malraux de Sarajevo accueille douze M. Chat et un tramway... 10 ans de M. Chat. 2009 : Exposition à la Galerie du Fleuve, à Paris.... (source : artistikrezo)
  • De galerie en passages et de passerelles en salle de lecture, M. Chat est á l'ensemble des ... CHAT c'est de l'Info. VITRINE RÉP. DU CENTRE du 7 au 18 décembre... (source : monsieurchat)
  • M. Chat L'hawaiien signale le chat à Nantes et a envoyé des photos : sur le ... signalent trois M. Chat sur des cheminées autour du centre Pompidou à Paris, ... Les murs abandonnés et aveugles du port sont l'unique galerie d'art que je... (source : sophie-g)

M. CHAT (écrit ainsi en majuscule et par défaut prononcé Monsieur Chat[1]) est une création graphique de l'artiste franco-suisse Thoma Vuille (né en Suisse en 1977). Il consiste en un chat jaune orangé réalisé à la peinture acrylique. Ce personnage énigmatique arbore toujours un énorme sourire. À partir de 2003, des ailes blanches lui poussent sur le dos. Il est le plus souvent peint sur des murs, à des lieux inaccessibles.

Parcours

On retrouve l'image de M. Chat dans des pays européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Suisse, Bosnie Herzégovine... ) et spécifiquement en France : à Paris (plus de 80 murs peints sur l'axe Porte de Clignancourt / Porte d'Orléans), à Orléans où son créateur a fondé en 2003 l'espace d'art contemporain Galerie Wall (aujourd'hui fermée), ainsi qu'à Rennes, Nantes, Tours, Blois, La Rochelle, l'Île de Ré, Saint-Étienne. On peut le voir aussi ailleurs dans le monde : New York, Hong Kong, Macao, Séoul, Hué, Dakar...

M. Chat est le fil conducteur d'un film de Chris Marker intitulé Chats perchés en 2004, projeté au Centre Pompidou la même année. Un M. Chat gigantesque est peint pour l'occasion sur le parvis du Centre Pompidou. L'évènement est diffusé par la totalité de la presse nationale et produit par Arte. Pour marquer cet évènement, le journal Libération offre une carte blanche à l'auteur, tout comme il l'avait proposé par le passé à Annette Messager ou à Philippe Starck. Un échange entre Chris Marker et Thoma Vuille conclut un article d'Annick Rivoire sur le film de Chris Marker (voir "sources").

Le film fait le tour du monde et donne lieu à de nombreuses traductions, surtout la version anglaise sortie en 2006 sous le titre The case of the grinning cat, qui sera diffusé en mai 2006 dans le quartier de TriBeCa sur l'île de Manhattan à New York. Désormais la demande de M. CHAT est mondiale. Thoma Vuille est invité aux quatre coins du monde mais reste assez anonyme dans son pays jusqu'à ce que, fin mars 2007, le jeune artiste se laisse arrêter par la Police municipale d'Orléans, en flagrant délit de créativité, boulevard Alexandre Martin. Son procès fait le tour de la presse régionale et passe inaperçu aux yeux du grand public qui ne connaît toujours pas son identité. La condamnation (amende avec sursis) contribue à la reconnaissance de la valeur de ces peintures. La cote grandissante du jeune artiste génère de nombreuses polémiques lors de la rétrospective qu'organise l'association Collectif CHAT avec le soutien de la Ville d'Orléans, du Conseil Général du Loiret et de la Région Centre.

Reconnu par les leaders de la scène street art européenne (Frank Shepard Fairey, Banksy, Space Invader... ), ce dernier souhaite s'émanciper de l'effet de mode propre à la mouvance graffiti et s'assimiler à des mouvement moins marginalisés tels que le "pop art" ou le "land art". Complexe de qualifier ce touche à tout, qui sait comme son animal fétiche se jouer des entourloupes que lui dressent les humains.

Historique de M. Chat

à compte d'auteur aux Éditions Alternatives, retraçant le parcours de M. CHAT. VUILLE...

Thoma Vuille décrit son travail

Sur le site du Centre National des Arts de la Rue à Cognac : «Le cadre de mon travail est la ville, ses rues, ses murs, et le regard de ceux qui l'habitent. J'utilise la rue et l'environnement public comme une toile, cherchant à proposer aux passants des fenêtres imaginatives et colorées. Je marque mes parcours, ceux que j'imagine naturels et poétiques dans l'espace urbain. Je cherche à créer des supports à la narration de la ville pour ses habitants, participant à l'apparition ainsi qu'à l'échange d'une culture de proximité.»

Galeries représentants M. Chat (Vuille)

ORLEANS :

PARIS

Notes et références

  1. Son auteur a cependant indiqué lors de la Nuit Blanche 2007 (6-7 octobre 2007) que la prononciation Mister Chat avait sa prédilection, «parce que ça fait mystère À côté de l'un des premiers chats orléanais (situé 26, boulevard Rocheplatte) figure d'ailleurs en toute lettres et en capitales la mention «MISTER CHAT.» L'orthographe «Mr. Chat» apparaitrait aussi quelquefois, mais plus rarement.
  2. «Mr Chat élit domicile au lycée EdouardBranly», site officiel de la Région Poitou-Charentes
  3. Monsieur Chat clausura Feria del Libro de Santiago
  4. Collectif Chat sur MySpace

Sources

Article connexe

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M._Chat.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu