Persan

Le persan est une race de chat à poil long originaire d'Iran. Ce chat de taille moyenne à grande est caractérisé par sa silhouette toute en rondeur et son visage au museau particulièrement court.



Catégories :

Race de chat - Chat - Felis - Felinae - Félidé

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Liste des robes des chats de race · Trucs et astuces pour toiletter un persan · Ne rien oublier avant d'accueillir son chaton... (source : chats-persans)
  • Chat Persan, Photo, Elevage, Chaton, Forum chat Persan - Races de chats, Le Persan est une race de chats à poil long créée par les éleveurs anglais à la fin... (source : vivelesfelins)
Persan icône chat
Chocolate Persian.jpg
Chat persan chocolat

Région d'origine
Région Iran Iran puis Royaume-Uni Royaume-Uni
Caractéristiques
Silhouette Type Bréviligne
Taille Moyenne à grande
Poids 2, 3 à 6, 8 kg
Poil Long avec sous-poil abondant
Robe Toutes les couleurs et robes acceptées
Tête Ronde, avec un crâne en forme de dôme. Le profil est plat.
Yeux Ronds, grands
Oreilles Petites, bien espacées et arrondies
Queue Petite et bien apportée
Standards

Le persan est une race de chat à poil long originaire d'Iran. Ce chat de taille moyenne à grande est caractérisé par sa silhouette toute en rondeur et son visage au museau particulièrement court. Reconnue depuis la fin du XIXe siècle, la race est en premier lieu modifiée par les Anglais, puis principalement par les États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale.

La sélection menée par les éleveurs a permis le développement d'une grande variété de robes, mais également d'une forme de visage particulièrement écrasée et controversée. De nombreuses races sont aussi issues ou perfectionnées par le persan, surtout l'exotic shorthair. L'élevage du chat persan se définit par un entretien régulier de sa fourrure, de ses yeux et de ses oreilles. Le persan peut aussi être atteint par une maladie héréditaire, la polykystose rénale type dominant (PKD).

Le caractère placide et casanier du persan lui confère une propension à la vie en appartement. Particulièrement populaire, cette race se retrouve dans l'ensemble des expositions félines ; c'est aussi le chat de race le plus vendu dans le monde. Le persan fait de nombreuses apparitions dans les livres et le cinéma.

Historique

Origines

Le nom de la race fait référence à l'un des ancêtres du persan, il s'agit de l'angora turc. Cette race, qui proviendrait des frontières de la Turquie et de l'Iran, à savoir la Perse, a donné au persan le gène responsable de son pelage à poils longs. C'est pour cela que le mot «persan» a été choisi pour nommer la race[1].

Un autre ancêtre présumé serait une race de chat trouvée au Khorassan qui possédait de longs poils gris[2]. Buffon décrit les chats du Khorasan comme des chats qui «ressemblent par la couleur à ceux que nous appelons chats chartreux, et qu'à la couleur près, ils ressemblent idéalement à ceux que nous appelons chats d'Angora»[3]. En effet le persan correspondait à l'époque à la variété bleue de l'angora, qui lui était blanc[4].

Pietro della Valle aurait ramené en Italie des chats à poil long, qui n'existaient pas en Europe, de ses voyages en Perse durant le XVIe siècle[2]. Par ce biais, il se serait en premier lieu reproduit en Italie, puis introduit en France où il est apprécié par les femmes de la bourgeoisie[5]. L'initiateur de la mode des chats aux longs poils en Europe a été Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580 - 1637), conseiller au Parlement d'Aix-en-Provence[6], qui en introduisit un couple en France[2]. Il avait fait venir des chats de Damas comme des curiosités[7].

Il existe aussi une hypothèse consistant à dire que le persan aurait été créé en Grande-Bretagne dans le courant du XIXe siècle par croisement des angoras déjà présents en Angleterre avec des chats de type européen. Les objectifs en termes de morphologie et de fourrure auraient été atteints par les Britanniques dès les années 1850[1].

Développement de la race

Les premiers persans étaient moins typés qu'à l'heure actuelle, comme ce sujet blanc de 1902.

Par la suite, la race arriva en Grande-Bretagne où elle rencontra vite une grande popularité. La mode était à l'exotisme et on l'appela successivement «chat français», «chat chinois» puis «chat indien». On finit par l'appeler simplement longhair (poil long en français), en rapport à sa fourrure.

Les premiers sujets ont été présentés lors de la première exposition féline du Crystal Palace de Londres en 1871[8]. Ils figuraient en exposition à côté des british shorthair dont les Britanniques étaient particulièrement fiers[5].

À cette époque, un programme d'élevage avait déjà été mis en place par les éleveurs britanniques. On croisa le longhair de l'époque avec le british shorthair. Il en résultat un chat plus rond. Un long travail fut dans un premier temps accompli pour perfectionner la qualité du poil et arrondir la silhouette du chat[2]. Les éleveurs britanniques travaillent ensuite à diversifier les robes : les premiers persans étaient unicolores, mais dès la fin du XIXe siècle, les persans particolores (bicolores ou tricolores), tabby, smokes, chinchilla, silver shaded et golden sont présentés aux expositions[9]. En 1889, le premier standard est établi pour une race désormais appelée persan[5].

La face écrasée du persan peke-face.

La popularité de la race gagna rapidement les États-Unis qui continuèrent le travail de sélection mené par les Anglais. Les Américains allèrent plus dans les extrêmes, en arrondissant toujours le persan et en œuvrant à la diversité des couleurs[5]. La robe caméo est ainsi créée dans les années 1950 aux États-Unis[9]. C'est en 1930 que les éleveurs américains parviennent à créer une nouvelle variété de persan : le «peke-face», qui fait allusion à la race de chien pékinois qui a une tête particulièrement plate[1], [2]. La création de cette nouvelle variété génèra de nombreuses controverses en Europe dès 1970[2], d'un côté les défenseurs du type «anglais» et de l'autre les adeptes du type «américain». Cette polémique concernant ces types de persans existe toujours aujourd'hui.

Les persans unicolores arrivent en France au début du XXe siècle et les premiers élevages débutent durant l'entre-deux-guerres[2].

Popularité

Statistiques d'inscriptions des chats de race à la GCCF : le persan (courbe bleue) est en décroissance depuis le début des années 1990.

Dans les années 2000, le persan est le chat de race le plus populaire dans de nombreux pays, quoiqu'il perde de plus en plus de terrain face à d'autres races, surtout le maine coon et le bengal[10], [11]. En France, il représente un tiers des chats de race enregistrés en 2007[10], c'est aussi la race la plus élevée aux États-Unis[12] et en Angleterre il se place en quatrième position depuis 2006[11]. Cependant, le persan est l'unique race dont les inscriptions au LOOF ont diminué entre 2003 et 2007, et cela de plus d'un quart[13].

Année LOOF[10] GCCF[11]
Inscriptions Rang Inscriptions Rang
2003 5358 1er 3908 3e
2007 3981 1er 2715 4e

Le développement des persans trop typés a été ralenti. En effet, ces variétés ne semblent pas être particulièrement appréciées à cause de leurs particularités physiques[1]. À savoir une tête particulièrement plate et des yeux globuleux. Qui plus est , ces chats ont fréquemment des problèmes aux yeux à cause d'un mauvais fonctionnement de leurs canaux lacrymaux et respiratoire.

C'est aussi le chat de race le plus abandonné, il représente 70 % du total des chats racés abandonnés[14], certainement à cause de l'entretien quotidien qu'il demande et des maladies rénales dont il peut souffrir.

Standards

Les différents standards des associations félines sont globalement particulièrement proches pour décrire le «persan parfait». Cependant, l'échelle des points est différente selon les fédérations, certaines préférant privilégier la couleur de la robe à la forme du visage. Les différentes couleurs sont fréquemment divisées (tabby, bicolore, solide, etc. ) pour simplifier les notations.

Persan blanc dans sa cage avant de concourir au Championnat CFA de 2006 au Madison Square Garden.
Répartition des points dans différentes fédérations félines[15]
Fédérations Tête Couleur des yeux Corps Robe et couleur Aspect général
ACF 30 15 20 30 5
ACFA 35 5 points inclus dans «Tête» 30 30 5
CFA 30 10 20 30 10
FIFé 25 15 25 30 5
LOOF 35 5 points inclus dans «Couleur et robe» 35 25 5
TICA 35 10 points inclus dans «Tête» 35 20 10
WCF 30 15 20 30 5

Corps

Le persan est un chat tout en rondeur de type bréviligne. Son allure générale montre un chat de taille moyenne à grande, massif et court sur pattes. Le corps doit être musclé et sans obésité, avec un dos droit mais pas trop long. Une longueur excessive du dos entraîne des pénalités de la part des juges. Les hanches et les épaules sont rondes et d'une même largeur, avec une poitrine profonde et large, et le reste de l'abdomen arrondi aussi. L'encolure doit être courte et massive, donnant l'impression que la tête est directement encastrée dans les épaules. Une poitrine trop étroite et un cou court sont reconnus comme des défauts en exposition[15], [16].

Les pattes sont courtes, robustes et bien droites. Les pieds sont grands, ronds et fermes avec des doigts bien serrés. Les standards australien (ACF) et de la World Cat Federation (WCF) précisent que des touffes de poils entre les coussinets sont préférables[17], [18]. La queue, droite et bien apportée, est plutôt courte, mais elle doit tout de même rester proportionnelle à la longueur du corps car une queue trop longue est un défaut[15], [16].

Tête

On peut voir le stop profond du nez et la face aplatie chez ce persan colourpoint

La tête du persan est typique de la race et c'est certainement ce qui sert au reconnaître de loin. Elle est ronde et massive, avec des pommettes saillantes, un museau rond et le crâne formant un dôme. Le menton est fort. En général, l'expression du visage est douce. Pour ceci, les os du visage doivent être ronds. Le nez est aussi large que long, aplati et marqué par un stop profond. Si on le regarde de profil, le menton et le nez sont sur une même ligne verticale. Parfaitement, le nez est positionné entre les yeux et les narines doivent être bien ouvertes pour une bonne respiration. Les sujets présentant une gêne respiratoire sont interdits de tout titre en exposition et par conséquent les narines doivent être bien ouvertes pour permettre une respiration normale[15], [16].

La mâchoire du persan est plus courte que celles des autres chats. En moyenne, la mâchoire inférieure mesure 2, 6 cm de long pour 2, 5 cm de large alors que celle d'un chat de gouttière mesure 3, 1 cm de long pour 2, 9 cm de large. La mâchoire supérieure mesure 2, 75 cm de long pour 2, 95 cm de large et respectivement 3, 45 cm et 3, 5 cm pour un chat de gouttière. Cette différence de taille des mâchoires sans qu'il n'y ait de différence significative de taille corporelle a des conséquences sur la préhension du persan : les croquettes sont avalées en les entraînant avec la face inférieure de la langue, ce qui est particulièrement inhabituel chez les chats[19].

Les yeux sont positionnés éloignés l'un de l'autre sur la tête. Ils sont grands et ronds et d'une couleur assortie à la robe. La couleur doit être la plus intense envisageable car trop pâle elle est reconnue comme un défaut. Les oreilles sont presque rondes, petites et peu ouvertes à la base et bien espacées sur le crâne. Le contraire entraîne des pénalités. L'intérieur de l'oreille doit être bien apporté en poils[15], [16].

Certaines associations défendent une forme du visage plus respectant les traditions le «doll face» ou «tête de poupée», arguant que les «peke-face» ont d'importants problèmes lacrymaux et respiratoires et qu'il est par conséquent inconvenant de développer de telles variétés[20]. À l'inverse, la fédération canadienne CCA-AFC reconnaît le peke-face comme une classe à part dans la race du persan, où ne sont autorisées que les robes uniformes rousses et tabby rousse[21].

Robe et fourrure

La fourrure est longue, dense et uniforme sur tout le corps. Les poils doivent mesurer 10 cm en moyenne. Mais leur taille peut aller jusqu'à 20 cm, surtout autour du cou[1]. C'est l'unique race ayant les poils longs, l'ensemble des autres étant reconnues comme mi-longues. Le poil est particulièrement soyeux, fin, avec un sous-poil abondant donnant légèrement de volume. Une collerette est appréciée et elle doit se continuer entre les pattes et même jusque sous le ventre. Pour les expositions, le poil doit être soigneusement préparé et brossé pour éviter des pénalités. Un bon volume est aussi un bon point. Par contre, toute présence de nœuds est particulièrement peu appréciée[16].

Toutes les couleurs et l'ensemble des robes sont acceptées. Aujourd'hui, plus de 150 variétés de persans sont reconnues[1], mais il en existe plus de 300[22]. Ce chiffre qui était de 13 variétés reconnues par la FIFé en 1970, n'a jamais cessé d'augmenter puisqu'en 1980, il était déjà de 23. Il existe une explication à ce nombre de variétés important. En effet, chaque combinaison de type de robe et de couleur forme une variété : un persan bleu tabby est une variété différente du persan roux tabby par exemple[23].

De nombreux termes techniques permettent de désigner l'ensemble des robes de chat, certains mots sont cependant propres aux persans. Ainsi, le terme «persans classiques» sert à désigner les robes uniformes, écaille de tortue, smoke, particolore et tabby.

Robes uniformes

Les persans uniformes ou solids ou encore unicolores ont une robe de couleur unie. Les couleurs de robe sont le blanc, bleu, noir et roux, mais également crème, chocolat et lilas. La couleur de la robe ne doit pas fluctuer : par exemple, un persan blanc ne doit pas présenter de tâches brunes[1]. En dehors du persan blanc, l'unique couleur autorisée pour les yeux est l'orange et ses variations (cuivre par exemple) [24].

Les premiers persans étaient unicolores[9]. Les robes les plus anciennes sont le bleu, le blanc et le noir. Le persan bleu, apprécié par la reine Victoria, a connu rapidement le succès : la Société des persans bleus, créée au Royaume-Uni en 1901, est le premier club de race. Aux États-Unis et en France, cette couleur a aussi été à la mode au début du XXe siècle[9]. Il est probable que cette couleur ait été obtenue à partir de croisements entre persans noirs et blancs et les premiers individus avaient des traces tabby sur leur robe[25]. Ayant été choisi depuis très longtemps , le persan bleu est généralement bien typé et est utilisé pour perfectionner les autres variétés[25].

Le persan blanc, né du croisement avec des angoras turcs et des persans bleus, existe depuis le XIXe siècle[9] et a été présenté pour la première fois en exposition à Londres en 1903[26]. Pour éviter la surdité des chats blancs aux yeux bleus, il fut croisé avec des british shorthair, afin d'obtenir des chats aux yeux jaunes ou vairons[9]. Les yeux verts ne sont pas autorisés[24].

Connu dès le XVIe siècle[27], le persan noir, particulièrement recherché au XIXe siècle, est complexe à obtenir : on comptait, en 1910, uniquement dix-sept persans noirs dans les expositions, mais cette robe s'est développée après la Première Guerre mondiale[9]. La rareté du persan noir s'explique par la difficulté d'obtenir un noir parfait, sans aucune tache grise ou brune ; l'entretien du persan noir est aussi plus ardu car l'humidité et le soleil ont tendance à modifier la couleur du pelage[27]. Aux États-Unis, seul un persan noir a été élu trois fois «Chat de l'année»[27].

Le persan roux naît rayé : ces marques tabby doivent ensuite s'effacer totalement[9]. Cependant, il reste souvent des marques fantômes sur le visage, les pattes et la queue. On considère que les rayures sont en fait cachées par la longueur du poil. Apparus en Angleterre dès 1895, de nombreux persans roux périrent au cours de la Seconde Guerre mondiale, surtout en Allemagne. Ce n'est qu'après la guerre que l'intérêt porté par les Anglais et les Australiens à cette variété permit de relancer l'élevage sélectif[28].

Les couleurs chocolat et lilas sont plus récentes et sont les résultats de l'élevage du persan colourpoint dans les années 1940[9] ; toujours rares, ces deux variétés ont obligation une sélection particulièrement forte pour obtenir une couleur uniforme de la robe et retrouver la morphologie du persan, surtout la forme du visage modifiée par l'apport de sang siamois[29]. Le persan crème, perfectionné par les éleveurs des États-Unis, avait jusque là été écarté des portées par les Britanniques. Il est à l'origine issu de croisements accidentels entre persans bleus et persans roux ou entre persans écaille de tortue et roux tabby, et reste l'une des variétés les plus rares[30].

Robes particolores et écaille de tortue

Les persans particolores et écaille de tortue sont présentés dès la fin du XIXe siècle en expositions au Royaume-Uni : il s'agit alors de persan noir et blanc et de l'écaille de tortue et blanc[31].

Les persans particolores peuvent être bicolores, arlequin ou van. Le pelage des bicolores doit être constitué de plages de deux couleurs différentes, avec au maximum la moitié de la robe de couleur blanche[31]. Les standards des années 1960 demandaient que les taches de couleurs soient symétriquement réparties, mais ce critère trop complexe à obtenir a depuis été aboli[32].

C'est à partir des années 1970 que les robes écaille de tortue apparaissent de manière fortuite dans les portées[31]. Une hypothèse d'«apparition» des robes tricolores serait le croisement avec des chats sans pedigree à poil court[32]. Selon les pays, le mélange entre les différentes couleurs doit être plus ou moins bien réparti : par exemple, pour l'écaille bleu et crème, les standards américains souhaitent des taches bien différentes alors que les Anglais et les Australiens demandent des couleurs fondues entre elles[32]. Les écailles de tortue composées de couleurs diluées comme le chocolat, le lilas et le crème sont apparues plus tardivement[31].

Robes tabby

Article connexe : Tabby.
Robes blotched, mackerel et spotted tabby
Persan brown tabby de 1902, désormais particulièrement rare.

Les tabby ont une robe qui se rapproche de celle de l'ancêtre sauvage ; on distingue les tabby marbrés, tigrés et mouchetés. Les marbrés ont de larges rayures et des tâches ovales apparaissent sur leurs flans, alors que les tigrés ont des rayures bien plus fines et parallèles. Les mouchetés n'ont pas de rayures mais des tâches rondes.

Dans certains pays, le persan tabby s'est vu consacré comme race, en partie grâce à leur histoire. En effet ces persans sont apparus au début du XXe siècle. Certaines hypothèses affirment que le persan tabby provient de croisements entre persans et Européen. Une autre hypothèse avance le fait que les persans furent croisés avec des chats importés de Bagdad. En effet, Attabiah, un quartier de Bagdad, serait l'origine du mot tabby[22].

Buffon décrit un persan tabby et le brown tabby est particulièrement à la mode à la fin du XIXe siècle. À Paris, on présente en exposition les persans tigrés en 1927[33]. La race fut fixée en 1930. Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses lignées britanniques de persans tabby disparaissent, surtout les tabby bruns et bleus qui sont désormais rares : les tabby roux, crème et argent sont mieux représentés[33].


Robes fumées
Persan black smoke

Les robes fumées ou smoke ont les poils décolorés à la base. Les poils sont le plus souvent blancs jusqu'à un tiers de leur longueur, puis ils sont de la couleur de la robe : le contraste est plus impressionnant en hiver, quand la fourrure est longue.

Le persan smoke apparut au début du XIXe siècle[22]. Il est le résultat d'une mutation naturelle du persan tabby argenté[34]. Une autre hypothèse avancée est le croisement fortuit entre persans noirs, bleus, blancs et chinchillas[35]. Le persan fumé fut reconnu en Grande-Bretagne dans les années 1860. Cependant, leur élevage périclita (en 1912, on ne comptait plus que douze spécimens[35]) ainsi qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n'en existait presque plus[34]. Il faut attendre les années 1960 pour que l'élevage reprenne et que les éleveurs arrivent à fixer la couleur du poil.

Les persans smoke sont fréquemment noirs, mais il existe aussi des smokes bleus, chocolats, roux, lilas, crème, écaille[34]. Les persans fumés ont les yeux cuivre ou orange cerclés de noir[24]. Leur aspect fumé provient du tipping foncé et long de leurs poils[36].


Persans chinchillas, silver shaded et golden
Un persan chinchilla silver

Les persans chinchillas ont été créés en 1880. Sa découverte est attribuée à Mme Vallence, une éleveuse britannique[37]. Cette dernière a obtenu le premier persan à robe argentée. Ce persan, du nom de Silver Lambkin, était issu de l'accouplement d'un persans smoke (fumé) et d'un persan silver tabby (tigré de couleur grise). Le géniteur de Silver Lambkin est exposé au musée d'histoire naturelle de Londres[38].

La variété fut baptisée «chinchilla» en référence au mammifère du même nom, on la surnomme souvent «silver persian»[39]. Cette variété a été travaillée durant de longues années. En effet, les premiers persans chinchillas avaient parfois des traces de pelage tabby et la robe était globalement plus sombre avec des reflets lavande[39]. Qui plus est , les éleveurs sélectionnèrent les chats aux yeux verts car c'est une particularité particulièrement importante chez les persans chinchillas[40]. La sélection particulièrement dure opérée par les éleveurs affaiblit beaucoup la branche européenne des persans chinchillas et celle-ci disparut durant la Seconde Guerre mondiale[39].

C'est finalement en 1901, vingt et un ans après sa découverte, que la variété s'est vu consacrée par le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF). Plus il y a peu de temps, deux variétés de chinchillas ont été créées, il s'agit des persans silver shaded et des persans golden shaded. Les persans golden shaded auraient été créés par le croisement de persans chinchillas et de persans bruns tabby[41].

Les persans chinchillas ont fréquemment les yeux vert émeraude cerclés de paupières noires. La couleur verte apparaît à peu près sept mois après la mise bas. Il peut arriver qu'ils aient les yeux verts bleutés. Quelques fois, les silver shaded peuvent avoir des yeux cuivrés, ils sont dans ce cas nommés «pewter»[37]. Les pewter sont le résultat de croisement entre des persans bleus, noirs et chinchillas[40].

Le tipping du chinchilla doit être présent sur tout le dessus du chat, de la tête jusqu'à la queue. Ce tipping sera faible sur les côtés et inexistant sur le ventre et le menton du chat. En effet, ces derniers doivent être blancs. Chez le silver shaded, le tipping recouvre à peu près un tiers du poil et il paraît plus sombre que le chinchilla, malgré son sous-poil entièrement blanc[40]. Chez le golden shaded, le tipping représente plus de la moitié du poil, l'autre partie étant brune : sa robe présente des reflets dorés. Le sous-poil du golden shaded est de couleur abricot et le bout de la queue est noir. Il existe aussi d'autres couleurs comme les shaded bleus, chocolats, lilas, roux ou crème, et même des shaded écaille de tortue[40].

Il faut faire attention à la sélection des partenaires. En effet, reproduire des chinchillas avec d'autres variétés de persans aux yeux cuivre leur fait le plus souvent perdre la couleur verte de leurs yeux. Il ne faut pas non plus choisir des partenaires exclusivement chinchillas car les chatons résultant de l'accouplement deviendrait bien trop clairs pour respecter les standards[37]. Fréquemment, leur nez est moins aplati et ressemble plus au type originel du persan. Souvent plus petits que les autres persans, ils ont aussi une tête moins large et des oreilles plus longues[40]. Ils sont rares et particulièrement recherchés car ces couleurs sont complexes à obtenir et les femelles chinchillas ont peu de chatons par portée[42].

Robes caméo
Poil caméo

Le persan caméo, ou cameo en anglais, a été créé en 1934 aux États-Unis. Il est issu d'un croisement entre persans chinchillas et persans roux. Il se peut aussi qu'il provienne d'un croisement persans fumés et persans écailles de tortue, mais cette hypothèse est moins soutenue que la première[43]. Le persan caméo doit son nom à une glace recouverte d'un coulis orange. En effet, les poils du caméo sont blanc ivoire ou argenté, mais leur extrémité est rousse. Ce persan s'est vu consacré depuis 1950 comme race à part-entière aux États-Unis. Par contre, l'Angleterre et la France, on classé comme variété de persan chinchilla, après l'avoir découvert en 1975[43].

Persans colourpoint

Article connexe : Colourpoint.
Un persan colourpoint bleu (ou himalayen)

Les persans colourpoint sont reconnus comme une race à part, nommée himalayen, dans certains pays. Ce nom provient d'une race de lapins qui possède aussi une robe colourpoint. Ces persans sont tour à tour nommés himalayens, colourpoint ou encore «persan de Malaisie»[44].

Les persans colourpoint sont le fruit de recherche sur le gène siamois. Ces recherches étaient menées aux États-Unis et en Suède entre 1924 et 1930. De ces recherches est née «Débutante», la première chatte à poil long et robe de siamois. Par la suite d'autres programmes furent menés en France et c'est en 1935, que les chats de type «Khmers» apparaissent. Mais cette nouvelle race, en tout point identique au persan colourpoint actuel, fût abandonnée en 1955 car trop typés oriental[45].

Le véritable persan colourpoint fut créé par des programmes d'élevage lancés en 1947 en Grande-Bretagne ainsi qu'aux États-Unis : il s'agissait de croisement entre une siamoise au poil mi-long et des persans noirs et bleus[46]. C'est finalement en 1955 que la race fût reconnue en Angleterre et en 1957 aux États-Unis. Il fallut attendre 1958 pour que le colourpoint remporte le premier prix du meilleur chat à poil long[45].

Les premières couleurs obtenues étaient le seal point (marques noires ou marron particulièrement foncées), le chocolate point, le bleu point et le lilas point puis d'autres couleurs ont rapidement suivi comme le crème, l'écaille de tortue, le roux ou le tabby. Des variétés shaded et smoke existent aussi[46]. Les persans colourpoint ont toujours les yeux bleus : cette caractéristique physique est associée au gène qui donne la robe de type colourpoint au chat.

Races dérivées ou perfectionnées par le persan

L'exotic shorthair

Article détaillé : Exotic shorthair.

L'exotic shorthair quelquefois simplement nommé «exotic» est l'unique variété de persans à poil court reconnue par les standards. Il a la même tête que le persan, c'est-à-dire, nez plat et tête ronde. Il est né du croisement du persan avec l'american shorthair entre 1950 et 1960, suite à des programmes d'élevages menés aux États-Unis[47].

Le gène récessif du poil long réapparaît de temps à autre dans les portées d'exotics. L'exotic à poil long est reconnu comme un persan par la FIFé et la TICA et comme une variante de l'exotic par la CFA et la GCCF. Cette différence d'appréciation reflète un débat sur l'appartenance à une race, à savoir selon ses origines (pedigree) ou selon son apparence : l'exotic à poil long est semblable à un persan, mais a des parents exotics shorthairs et l'ensemble des fédérations ne le reconnaissent pas de façon semblable[47].

L'himalayen

Article détaillé : Himalayen.

L'himalayen, aussi nommé Colourpoint ou Colorpoint, est un persan colourpoint. En dehors de sa robe, il est en tout point identique au persan. Le nom fait référence à une race de lapin domestique qui présente une robe semblable[45].

Créé par des programmes d'élevage consistant à croiser un chat colorpoint à poil long avec des persans noirs et bleus, l'himalayen s'est vu consacré en 1955 en Angleterre et en 1957 aux États-Unis[48]. Initialement inscrite comme une race par la Cat Fancier Association (CFA), l'himalayen est inclus dans la race persan, comme division supplémentaire dans les années 1980[49]. Il est toujours reconnu comme une race par certaines fédérations comme l'ACFA ou la TICA.

Autres races

Le persan a participé à le perfectionnement ou à l'obtention de nombreuses races de chat à poil mi-long. Le sacré de Birmanie pourrait être le résultat inattendu de l'élevage visant à obtenir le persan colourpoint[50]. Le selkirk rex possède une version à poil long dont l'origine remonte au croisement entre la première chatte à poil bouclé et un persan[51]. De même, le tiffany est issu d'un croisement entre un persan chinchilla et un burmese[52]. Une variante du munchkin, le napoléon est aussi issu d'un croisement avec un persan[53]. Le persan est utilisé par les éleveurs de scottish fold afin d'éviter l'ostéochondrodysplasie, un trouble pathologique de l'ossification génèré par le gène dominant responsable de la pliure de l'oreille de cette race[54].

Caractère

Le persan est reconnu comme un chat calme et casanier

Le persan est le plus souvent décrit comme un chat calme. Casanier et placide, c'est un chat qui s'adapte aisément à la vie en appartement, mais il peut aussi avoir envie de se dépenser de temps à autre dans le jardin et est particulièrement capable de chasser ou de grimper aux arbres. Cependant, s'il est habitué étant jeune à vivre en plein air, il est vif et se comporte comme tout chat domestique[1]. Enfin, le persan est aussi plus actif quand il est tondu[55].

En règle générale, on considère que le persan colorpoint est plus dynamique, plus énergique que les persans classiques à cause de l'influence du gène siamois[48].

Élevage

Acquisition d'un persan

La France compte à peu près 2 000 éleveurs de persans actifs depuis 2003, quoique seuls 1 066 d'entre eux aient déclaré une portée au cours des deux dernières années. La majorité d'entre eux déclarent entre une à quatre portées par année mais on compte en France à peu près une vingtaine d'éleveurs qui, chaque année, ont plus de dix portées au sein de leur élevage[56].

Le prix d'un persan fluctue fortement selon l'âge, la descendance et les qualités esthétiques de l'individu, mais également selon l'éleveur. En 2004, le prix d'un chaton était compris entre 500 et plus de 1 400 €[57]. En 2006, il est estimé qu'un chaton n'est jamais vendu en dessous de 305 €. Les saillies sont aussi à ce prix[58].

Reproduction

Les portées de plus de quatre chatons sont rares.

La puberté des femelles persans arrive tardivement. Deux études menées en 1977 et 1978 ont montré que le premier œstrus se trouvait en moyenne entre 10, 4 et 12, 1 mois et des valeurs comprises entre 4 et 21 mois. Il n'y avait pas de différences entre les persans et les himalayens, mais les races de type oriental comme le burmese ont en moyenne leur premier œstrus plus tôt[59]. Les chats à poil long, dont le persan, sont plus sujets à une fluctuation du nombre de portées selon la saison : un pic de reproduction se produit au printemps et une période d'anœstrus en automne. Cependant, il est envisageable de minimiser cette variation en augmentant le temps d'exposition à la lumière de la chatte[59].

Les portées sont en moyenne de deux à trois chatons selon les statistiques du LOOF[56] et sont de 2, 9 à quatre chatons par portée selon des études menées en Amérique du Nord et au Royaume-Uni[59]. Il est habituel que la femelle ait des difficultés lors de la mise bas. Ces problèmes sont dus au volume important de la tête des chatons, la dystocie qui touche jusqu'à un tiers des naissances. La mortalité des persans est par conséquent plus élevée que la majorité des autres races : selon les études, elle se situe entre 10, 8 et 22, 1%[59]. Les défauts congénitaux sont cependant rares chez le persan, en comparaison avec d'autres races : il est de 3 à 9 %, alors que la moyenne sur l'ensemble des races de chat va de 9 à 19, 7 %[59]. L'accouchement doit si envisageable être surveillé[60]. Les persans chinchillas atteignent leur maturité sexuelle plus rapidement que les persans classiques[37]. En comparaison avec le persan classique, le colourpoint est plus actif et plus précoce sexuellement. La femelle colourpoint donne aussi des portées plus nombreuses[45].

La plupart des chats persans ne sont pas conçus pour la reproduction et uniquement 266 mâles contribuent à plus de la moitié des chatons en France[56]. La majorité des mâles reproducteurs font des saillies entre leur première et leur quatrième année, cela pouvant cependant aller jusqu'à l'âge de 14 ans[60]. Il en va de même pour les femelles mais elles donnent particulièrement rarement naissance à des portées quand elles sont âgées de plus de six ans. On compte qu'en France, 629 femelles donnent naissance à plus de la moitié des chatons persans[56]. Une étude effectuée sur les chats de race en Angleterre montre qu'en moyenne les femelles reproductrices ont 3, 1 ans et que presque un tiers d'entre elles sont primipares[Note 1] ; cette étude n'a pas révélé de différences significatives comparé aux autres races[59].

Les croisements avec des exotics shorthair sont les seuls autorisés en dehors de la race[60], [15].

Entretien

Séance de toilettage d'un persan avant la présentation au jury.

L'entretien d'un persan est délicat. Il faut surtout surveiller son alimentation car il est fréquemment sujet à l'embonpoint. Des fabricants de nourriture pour chats, comme les marques Royal Canin ou Sanabelle, vendent des croquettes spécialisées pour les chats persans : selon leur publicité, ses croquettes ont une forme ovale adaptée au palais du chat et une formule alimentaire servant à protéger le dispositif rénal et de donner un poil soyeux[61], [62].

Le persan a des poils longs, fins et denses, il faut donc le brosser quotidiennement. Sans quoi, ces poils s'emmêlent et dans le pire des cas, les propriétaires de persans sont forcés de tondre leur animal. Pour un toilettage professionnel, il est conseillé d'utiliser au moins trois peignes différents : un à dents particulièrement espacées pour le dos et la queue, un avec des dents courtes particulièrement resserrées pour le visage et les parties sensibles et enfin un peigne intermédiaire pour les autres parties du corps, comme les flancs[63]. Un bain mensuel est aussi indispensable au maintien de sa fourrure[63], certains éleveurs conseillant un bain par semaine[64]. Il existe de nombreux shampoings professionnels adaptés aux couleurs des robes et des conditionneurs servant à protéger le poil[63]. Des traitements blanchissants permettent aussi d'obtenir une robe immaculée pour le persan blanc, quoique son utilisation doive rester parcimonieuse[64]. Enfin, le séchage au sèche-cheveux est reconnu comme une étape importante dans la mesure où il s'agit alors de donner du volume à la fourrure. Lors d'une exposition, l'éleveur peut aussi utiliser des sprays pour redonner du volume à la fourrure ou diminuer l'effet de l'électricité statique[64].

La robe écaille de tortue a la particularité d'être plus facile d'entretien, car faisant moins de nœuds ; les chatons naissent avec un sous-poil gris qui disparait durant la croissance[31].

Outre le lavage, une coupe des poils peut être effectuée pour valoriser la forme ronde du visage et des yeux, la force du menton, etc.. La coupe peut permettre de gagner quelques points dans la catégorie «Aspect général», qui demande un persan d'aspect raffiné, qualité assez subjective[64]. Des ciseaux spéciaux pour le persan ont même été élaborés en association avec L'amicale européenne des persans[65].

Les yeux du persan ont tendance à pleurer et doivent par conséquent être nettoyés matin et soir[64], [63]. Les oreilles, aussi assez fragiles, sont à nettoyer l'ensemble des deux semaines environ[63].

Santé

La santé du persan est fragile. En effet de nombreuses maladies touchent les yeux comme le séquestre cornéen (maladie propre aux chats) qui est assez habituel chez les persans[60]. Une étude menée sur 251 chats malades a montré que les tumeurs mammaires des persans sont essentiellement des fibroadénomes et des adénomes[66]. En matière de reproduction, il a été remarqué que la chryptorchidie bilatérale, entraînant une stérilité totale, est plus fréquente chez le chat persan que pour toute autre race de chat[67]. Le persan est aussi prédisposé à la cardiomyopathie hypertrophique du chat[68]. Le persan bleu smoke à yeux jaunes peut être atteint d'une maladie génétique rare, le syndrome de Chediak-Higashi, une maladie hématologique qui se transmet de manière récessive[68].

À cause de ses poils longs, le chat persan est spécifiquement vulnérable aux parasites tels que les puces. Il est prédisposé à la teigne, surtout par l'action de Microsporum canis[69], [Note 2].

Polykystose rénale

La polykystose rénale type dominant (PKD) est une maladie génétique fréquente chez le chat persan et l'exotic shorthair[70]. Cette maladie héréditaire est autosomique dominante et touche le plus souvent les deux reins[70]. Selon différentes études menées entre 1999 et 2002 en Australie, en France, aux États-Unis, en Allemagne et dans les pays scandinaves, la prévalence de la maladie au sein de la race se situe entre 40 % et 50 %, sans différence significative entre les sexes, quoiqu'on remarque une prévalence chez les femelles (43 % de femelles atteintes contre 38 % de mâles selon une étude française menée sur 220 chats persans) [70]. L'âge moyen de la naissance des premiers signes cliniques se situe vers 7 ans, cependant la maladie est déjà détectable par échographie à l'âge de dix mois[70].

Les recommandations vétérinaires en la matière conseillent un dépistage systématique par échographie des reproducteurs dès l'âge de dix mois afin d'éliminer du dispositif de reproductions les sujets touchés par la maladie[70]. Contrairement aux États-Unis, en France, il n'existe toujours aucun programme officiel de dépistage de la maladie, ce qui diminue les chances de voir la prévalence de la polykystose rénale diminuer[70].

Un test ADN spécifique à la race a aussi été créé[71]. Ce test dépiste les mutations du gène PKD1, responsable de la maladie[71]. Il a l'avantage de pouvoir être fait dès le plus jeune âge du chaton, avant la naissance des premiers kystes[71] et de détecter les porteurs sains[72]. Ce même laboratoire a aussi remarqué que les chatons de deux parents positifs homozygotes n'étaient pas viables ou mouraient quelques jours après l'apparition[72].

Génétique

Article détaillé : Chat à poil long.

Les poils longs du persan proviennent d'un gène récessif. Il doit en effet être présent deux fois, pour que le chat ait les poils longs. Ce gène se trouve chez l'ensemble des chats à poils longs ou mi-longs, par exemple chez les Maine Coon ou le Chat des forêts norvégiennes[60], [73]. Cependant, les nombreuses sélections dans les élevages de persans ont permis d'accumuler de nombreux gènes à faibles effets individuels nommés polygènes. Ce sont ceux-ci qui déterminent la longueur de sous poil mais aussi la finesse du pelage du Persan[60].

Le persan dans l'art et l'Histoire

Un chat persan, représentant l'Iran, se fait écraser par l'ours russe sous le regard du lion britannique.
Dessin de 1911 illustrant un épisode du Grand Jeu.

Louis XV possédait un persan blanc. La reine Victoria a elle aussi longtemps possédé un persan bleu[22] et un persan blanc du nom de White Heather. Parmi les autres personnages célèbres ayant possédé un persan, on compte aussi Raymond Chandler et son persan noir Taki mais aussi Marilyn Monrœ[74].

En 1920, le livre The tiger in the house dépeint Ariel, un persan roux, animal de compagnie de l'auteur Carl van Vechten. Molson, un persan bleu, est le personnage principal du roman pour enfant Dr. Nightingale Meets Puss in Boots de Lydia Adamson[75]. Ernest Hemingway décrivit le persan de son fils dans Paris est une fête[74].

Milton, un persan blanc et roux, est un personnage de Disney. Persian puss est le compère de Peter Patrick dans la série d'animation télévisée Peter & Persian de Oh Yeah! Cartoons, diffusé aux États-Unis sur Nickelodeon. Le persan est aussi présent au cinéma quelquefois comme personnage principal comme dans Comme chiens et chats où M. Tinkles est un persan blanc qui veut dominer le monde et fréquemment de simple apparitions comme dans Mes stars et moi, Nos voisins, les hommes ou encore le persan blanc de Ernst Stavro Blofeld de l'univers James Bond. Le chat d'Hermione dans la série de films Harry Potter est joué par deux persans roux Crackerjack et Pumpkin dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban[74]. SH III est un persan chinchilla présent dans les pubs pour la nourriture pour chat Purina Gourmet et dans les films Un vrai schnock (The Jerk) et Fantômes en fête (Scrooged) [75].

Dans l'univers des jeux vidéo Pokémon, Persian est un félin ressemblant à un puma, évolution de Miaouss.

Le persan bleu Wimauma Masterpiece of Chalsu est le premier chat élu Chat de l'année par le magazine Cats Magazine en 1947[75].

Notes et références

Notes

  1. Ce fort taux montre que le renouvellement des femelles est important en Angleterre.
  2. Ce champignon est responsable de 98 % des teignes du chat en France.

Références

  1. Pierre Rousselet-Blanc, Larousse du Chat, Larousse, 2000, 136-142 p. (ISBN 2-03-517429-5)  
  2. Christiane Sacase, Les Chats, Solar, coll. «Guide vert», février 1994, 256 p. (ISBN 2-263-00073-9)  , «Persan» (fr)
  3. (fr) Georges-Louis Leclerc de Buffon, Les quadrupèdes, vol.  IV : Animaux domestiques et animaux sauvages en France, Contant-Laguerre, Bar-le-Duc, 1877, 298 p. , p.  236 
  4. DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 185 p. (ISBN 2035174023)  
  5. (fr) Portrait de race : le persan sur http ://loof. asso. fr/, LOOF. Consulté le 20 avril 2009
  6. (fr) Le majestueux chat de race persan sur http ://www. toutok. net/encyclok/, Encyklok. Consulté le 20 avril 2009
  7. (fr) Persan sur http ://www. waliboo. com/, Waliboo. Consulté le 20 avril 2009
  8. (fr) Historique du chat Persan et de ses variétés sur http ://www. royalcanin. fr/, Royal Canin. Consulté le 20 avril 2009
  9. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : le persan unicolore»
  10. (fr) Franck Haymann, «Faits et chiffres : le chat de race en France» sur http ://www. aniwa. com/, 23 juillet 2007, ANIWA. Consulté le 30 juillet 2009
  11. (fr) Anne-marie Javerzac, «Le chat de race en Angleterre : les grandes évolutions» sur http ://www. aniwa. com/, 30 mai 2005, ANIWA. Consulté le 30 juillet 2009
  12. (fr) Anne-Marie Javerzac, «Le Sphynx : Haut dans les cœurs du classement CFA» sur http ://www. aniwa. com/, 25 mai 2008, ANIWA. Consulté le 30 juillet 2009
  13. (fr) Anne-Marie Javerzac, «Palmarès du chat de race en France : les données 2008 du LOOF» sur http ://www. aniwa. com/, 7 mars 2008, ANIWA. Consulté le 22 juillet 2009
  14. (fr) Anne-Marie Javerzac, «Abandon : les chats de race aussi…» sur http ://www. aniwa. com/, 4 juillet 2007, ANIWA. Consulté le 30 juillet 2009
  15. Principaux standards de la race :
    • (fr) LOOF du 16 juin 2009,
    • (en) TICA du 5 janvier 2004,
    • (en) FIFé,
    • (en) ACF de juin 2006,
    • (en) CFA de 2009,
    • (en) ACFA,
    • (fr) WCF du 1er janvier 2009.
  16. DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 186 p. (ISBN 2035174023)  
  17. (en) Australian Cat Federation, «Standard de l'ACF» sur http ://www. acf. asn. au/, Juin 2006. Consulté le 22 juillet 2009
  18. (en) World cat federation, «Standard du WCF» sur http ://www. wcf-online. de/, 1er janvier 2009. Consulté le 22 juillet 2009
  19. (fr) Centre de Recherche Royal Canin, «Une morphologie maxillo-faciale et un comportement alimentaire uniques» sur http ://publications. royalcanin. com/, 2002, Royal Canin. Consulté le 27 août 2009
  20. (en) Diana Fineran, «THE TRADITIONAL PERSIAN (DOLL FACE) FAQs» sur http ://www. breeds. traditionalcats. com/, 1987, TCA. Consulté le 29 juillet 2009
  21. (en) CCA-AFC, «Pake face persian» sur http ://www. cca-afc. com/, CCA-AFC. Consulté le 29 juillet 2009
  22. (fr) Alain Raveneau, Inventaire des Animaux Domestiques en France, Eclectis, La Camif, 1994 (ISBN 2-90897521-1)  
  23. DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 187 p. (ISBN 2035174023)  
  24. (en) Fifé, «Standard FIFé du persan» sur http ://www. fifeweb. org/. Consulté le 21 juillet 2009
  25. (fr) Dave King et Jane Burton, Les chats, Éditions de Borée, 2006, 216 p. (ISBN 2844944477 et ISBN 9782844944474) , p.  40 
  26. David Taylor, op.  cit. , «Le persan blanc», p. 38
  27. Dave King et Jane Burton, Les chats, Editions de Borée, 2006, 216 p. (ISBN 2844944477 et ISBN 9782844944474) , p.  36-37 
  28. David Taylor, op.  cit. , «Le persan roux», p. 42
  29. David Taylor, op.  cit. , «Les persans chocolats et lilas», p. 60
  30. David Taylor, op.  cit. , p. 39
  31. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : le persan particolore»
  32. David Taylor, op.  cit. , p. 43, 49, 52-55
  33. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : le persan tabby»
  34. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : le persan smoke»
  35. David Taylor, op.  cit. , p. 48-49
  36. Alyse Brisson, Le chat de race, conseils d'élevage et abgrégé de génétique de la robe, Chiron, Clamecy, janvier 2004, 191 p. (ISBN 2-7027-1027-1)  
  37. Pierre Rousselet-Blanc, Larousse du Chat, Larousse, 2000, 143-146 p. (ISBN 2-03-517429-5)  
  38. Alain Raveneau, Inventaire des Animaux Domestiques en France, Eclectis, La Camif, 1994 (ISBN 2-90897521-1) , «Persan Chinchila» 
  39. David Taylor, op.  cit. , «Le persan Chinchilla», p. 44-45
  40. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : Les persans chincilla, silver shaded et golden»
  41. DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 191 p. (ISBN 2035174023)  
  42. (fr) Les principales variétés de chinchillas sur http ://www. persanchinchilla. eu/, Persanchinchilla. eu. Consulté le 30 juillet 2009
  43. Alain Raveneau, Inventaire des Animaux Domestiques en France, Eclectis, La Camif, 1994 (ISBN 2-90897521-1) , «Persan Caméo» 
  44. Alain Raveneau, Inventaire des Animaux Domestiques en France, Eclectis, La Camif, 1994 (ISBN 2-90897521-1)  
  45. Pierre Rousselet-Blanc, Larousse du Chat, Larousse, 2000, 147-149 p. (ISBN 2-03-517429-5) , «Persans colourpoint» 
  46. Christiane Sacase, op.  cit. , «Persan, les variétés : le persan colourpoint»
  47. Dr Bruce Fogle (trad. Sophie Léger), Les chats, Gründ, coll. «Le spécialiste», août 2007, 320 p. (ISBN 978-2-7000-1637-6) , p.  86-87 
  48. Dr Bruce Fogle, op.  cit. , «Persan colourpoint (à pointe)», p. 158-159
  49. (en) Linda Berg, «The Himalayan Persian» sur http ://www. cfa. org/, CFA. Consulté le 29 juillet 2009
  50. Bruce Fogle, op.  cit. , «Birman», p. 161
  51. Bruce Fogle, op.  cit. , «Rex selkirk à poil long», p. 178
  52. Bruce Fogle, op.  cit. , «Tiffanie», p. 195
  53. Bruce Fogle, op.  cit. , «Munchkin à long poil», p. 180
  54. (fr) Scottish fold et Highland fold. com, «Recommandation pour l'élevage» sur http ://www. scottish-highland. com/. Consulté le 29 juillet 2009
  55. Dr Bruce Fogle, op.  cit. , «Persan», p. 154-155
  56. (fr) Statistiques du LOOF sur http ://www. loof-actu. fr, 12 juin 2009, LOOF. Consulté le 30 juillet 2009
  57. (fr) Prix d'un chat de race sur http ://www. chatsdumonde. com/, 2004, Chat du monde. Consulté le 12 août 2009
  58. Brigitte Bulard Cordeau, Le Persan, Artémis, 2006 (ISBN 2844165478 et ISBN 9782844165473)  
  59. (fr) Aurélie STENKISTE, «Contribution à l'étude des conditions de mise-bas et de la mortalité des chatons chez le chat de race en France» sur http ://theses. vet-alfort. fr/, 2009, École nationale vétérinaire d'Alfort. Consulté le 9 septembre 2009
  60. Dr Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 190 p. (ISBN 2035174023)  
  61. (fr) Zooplus, «Royal Canin Persian 30» sur http ://www. zooplus. fr. Consulté le 28 juillet 2009
  62. (fr) Sanabelle Sensitive sur http ://www. zooplus. fr, Zooplus. Consulté le 28 juillet 2009
  63. (fr) Amicale européenne du chat persan, «Toilettage du persan - mode d'emploi» sur http ://www. chats-persans. com, Amicale européenne du persan. Consulté le 28 juillet 2009
  64. (fr) Judy Brocato, «Le toilettage du chat Persan» sur http ://www. fffeline. com/, Fédération française féline. Consulté le 28 juillet 2009
  65. (fr) Amicale européenne des persans, «Ciseaux à lames courbes à lentille 11, 5 cm : "spécial toilettage persan"» sur http ://www. chats-persans. com/, Amicale européenne des persans. Consulté le 28 juillet 2009
  66. (fr) Stéphane Larboulette, «Les tumeurs mammaires félines» sur http ://wwwbibli. vet-nantes. fr/, 2003, École nationale vétérinaire de Nantes. Consulté le 28 juillet 2009
  67. (fr) Annie Debouchet, «Démarche diagnostique lors d'infécondité en élevage félin» sur http ://www3. vet-lyon. fr/, 2004, École nationale vétérinaire de Lyon. Consulté le 28 juillet 2009
  68. Michæl Schær, Médecine clinique du chien et du chat, Elsevier Masson, 2006, 576 p. (ISBN 9782294048616)  
  69. Robert Moraillon, Yves Legeay et Didier Boussarie, Dictionnaire pratique de thérapeutique chien, chat et NAC, Elsevier Masson, 2007, 913 p. (ISBN 9782294056086)  
  70. (fr) Pablo Rivier, «Prévalence de la maladie polykystique rénale chez le chat persan et apparenté en France» sur http ://www3. vet-lyon. fr/, 2002, École nationale vétérinaire de Lyon. Consulté le 30 juillet 2009
  71. (fr) Polykystose rénale (PKD) sur http ://www. antagene. com, Laboratoire Antagene. Consulté le 30 juillet 2009
  72. (fr) Marie Josée Tirard, «Résumé sur le dépistage de la PKD (polykystose rénale autosomique) », 26 décembre 2006, Fédération française féline. Consulté le 30 juillet 2009
  73. Alyse Brisson, Le chat de race, conseils d'élevage et abgrégé de génétique de la robe, Chiron, Clamecy, janvier 2004, 191 p. (ISBN 2-7027-1027-1)  
  74. (en) Sandra Choron, Harry Choron et Arden Moore, Planet Cat : A Cat-alog, Houghton Mifflin Harcourt, 2007, 424 p. (ISBN 9780618812592)  
  75. (en) Famous cats A-D sur Famous animals. Consulté le 14 mars 2009 (en)

Annexes


Liens externes

Principaux standards

Associations

Bibliographie

Goldenwiki 2.png

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Persan_(chat).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu